Un mois chez les Kiwis

14124356_10210695358725526_1281740426652369845_o.jpg

On va où ?

Au mois de juillet, c’est le plein hiver en Nouvelle Zélande, le moment parfait pour partir découvrir les parcs naturels et les points de vue mythiques noirs de monde tout l’été! L’avantage, c’est aussi les vols à prix cassés et l’hébergement au prix du hors saison, et pour un pays comme la NZ qu’il faut prendre le temps de visiter, ce n’est pas un argument négligeable ! Au moment de la feuille de route, on a eu beaucoup de mal à se décider sur les must see et en avons retenu une bonne vingtaine… Parmi eux : Auckland, Hot Water Beach, Rotorua, Nelson, Murchison, Henmer springs, Akaroa, Christchurch, Dunedin, Hamilton, Queenstown…

On a atterri à Auckland et avons décidé d’y passer trois jours bien remplis. Après avoir arpenté les rues de l’inévitable Queen St, on a boudé les boutiques de souvenirs et avons fait une balade jusqu’à Marina Bay pour faire honneur aux spécialités italiennes du Beduzzi, un néo bistrot chicos qui vaut le détour ! Le lendemain matin, départ à l’aube pour une virée sur les plages de sable noir de Muriway Beach à une petite heure de route d’Auckland, ici. Un bon bol d’air frais où règne un calme olympien qui ne sera perturbé que par des colonies d’oiseaux qui ont élu domicile ici : spot instagrammable obligatoire. Sur le chemin du retour, on s’est arrêtés dans un domaine vinicole pour visiter les caves de Kumeu où nous avons eu droit à une dégustation mémorable ! Une autre visite obligée sur Auckland passe par le mythique Eden Park où s’entraîne l’équipe nationale de rugby Kiwi, vénérée dans tout le pays. Le rugby se retrouve un peu partout ici, comme une religion et vous le découvrirez bien assez vite au détour du moindre parc transformé en terrain où se rejoignent les aficionados tous les soirs. Le dernier matin, on a récupéré le van qui nous a servi de compagnon de route pour le reste du voyage et avons quitté Auckland.

A deux heures de route de là, en longeant le Firth of Thames, on a fait une première escale à Coromandel pour découvrir un village hors du temps où les commerces de proximité sont historiques et qui a été rendu célèbre par sa superbe péninsule. Allez donc faire un tour du côté de la pittoresque Coromandel Smoking Company où les kiwis fument encore eux-mêmes le poisson fraîchement pêché, un délice ! Prenez la route du bord de mer et découvrez à Cathedral Cove, mémorable…

Le van bien rempli après avoir fait le plein de provisions dans le CountDown le plus proche (jambon sous vide et autres barres de céréales), nous nous sommes dirigés vers Hot Water  Beach, la « plage la plus chaude du monde » où l’eau atteint les 64° en été. Elle n’était « qu’à » 33° lorsque nous l’avons visité en plein hiver. Il suffit de se creuser son mini spa et de profiter de l’eau chaude et de l’air frais… Juste en face de la plage, nous avons déniché nos premiers souvenirs de voyage au Moko qui met en vente entre autres des coquillages de Hot Water Beach polis ou des sculptures aborigènes, premier spot à souvenirs !

14124426_10210694997356492_382202889198425638_o

Continuez le long de la côte jusqu’à Tauranga où admirer le bord de mer depuis le Mont Mauganui avant de découvrir la plage de Mauganui Beach. De là, on s’est mis en route jusqu’à Rotorua, l’un des incontournables must do sur l’île du Nord, au milieu du plateau volcanique de la baie du Plenty. Elle est connue pour ses geysers, ses sources d’eau chaudes et ses mares de boue autour de ses 17 lacs. Comme pour beaucoup de villes e14191558_10210694886953732_2107678251_on NZ, tout n’est pas nécessairement proche et voyage en van s’est avéré très pratique. En trois jours, on a eu l’occasion de faire le tour des attractions principales de la ville. On a testé les piscines thermales chaudes de Waikete Valley, encore plus agréables en hiver, découvert les rites ancestraux des kiwis au Village maori de Tamaki, et visité le sentier des chutes de Tarawera avant de faire une pause bien méritée dans le restaurant de grillades péruvien de Che Chorizo ! Le lendemain, sur les conseils d’un auto stoppeur local, 13613251_10210695306964232_7435459479464210259_oon a   délaissé les sources d’eau chaudes payantes pour rechercher les piscines naturelles creusées dans les chutes de Kerosene Creek, à deux pas du parc naturel géothermique de Wai o Tapu, un incontournable où découvrir les paysages de carte postales typiques de la Bay of Plenty.

Dans la direction de la côte ouest, roulez jusqu’à Waitomo où faire le plein de pho14102561_10210695269083285_6203550148708658175_ntos de paysages lunaires et d’une faune surprenante. L’attraction la plus renommée se cache dans les grottes qui renferment des milliers de vers luisants… Suivez le guide pour une visite hors du temps où embarquer dans  un canot qui vous fera découvrir les caves de Waitomo.
Le parc national de Tongariro ne se trouve qu’à deux heures au sud de Waitomo. Il dévoile l’un des paysages les plus connus de la NZ avec ses chutes d’eau et ses lacs émeraude. La vue se mérite, comptez cinq heures de marche sur l’Alpine Crossing, un sentier par toujours bien délimité et verglacé en hiver, pour une randonnée qui restera surement le 15556019_10211772450492147_939154645_nplus incroyable souvenir du voyage.

On a rejoint Wellington après quelques stops sur la côte Est et avons pris le parti de n’y passer qu’une journée pour pouvoir prendre le ferry, mais c’est une des rares grandes villes sur l’île du nord qui ne manque pas d’attractions et de lieux d’intérêt, à commencer par le port et le musée d’art kiwi de Te Papa. Faites un détour par la cathédrale Saint Paul et baladez vous sur Cuba Street où se presse le tout Wellington dans les derniers bars in…

Une fois embarqués dans le ferry pour l’île du sud, on a remis à jour notre feuille de route pour tirer le maximum de nos dix derniers jours en NZ ! Après un bref tour à Picton où nous a laissé le ferry, on a longé la côte est et ses villages portuaires jusqu’à Christchurch où le centre ville dévoile de nombreux lieux d’intérêt naturels et artistiques. Prenez le temps de visiter le musée du Canterbury, sautez dans l’historique tramway et continuez la route jusqu’à Port Hills pour une randonnée à pied ou à vélo.

14124397_10210695007796753_2801188253471245233_o

A quelques encablures de là, on est passé par le petit village portuaire d’Akaroa où l’on trouve de nombreuses marques de la tentative de colonisation des français, un petit semblant de maison à l’autre bout du monde ! Les boutiques de perles marines et d’authentique fudges sont une bonne source d’idées de souvenirs… C’est aussi ici que sont servis les fish and chips les plus connus de l’île.

Comme souvent pendant le voyage, on aurait voulu s’arrêter plusieurs fois sur le chemin mais faute de temps et de budget essence, on a tracé la route jusqu’à Dunedin. Le centre ville est petit mais on y trouve ce qu’il faut et en l’occurrence, après une journée éprouvante, une bière fraîche. On s’est accoudés pour la soirée au comptoir du Bog où la Guinness en pression coule à flots et où, comme un peu partout, on improvise la soirée avec tous ceux qui passent par là. Et pour éviter d’avoir à reprendre la route de nuit, l’avantage de partir hors-saison, c’est aussi des parkings av15497950_10211772439611875_1984877998_nec emplacements réservés aux vans déserts donc pas mal de nuits gratuites ! On ne s’était quand même pas arrêtés là que pour la bière, à peine réveillés, on a foncé à Tunnel Beach qui porte bien son nom : après une trentaine de minutes de marche sportive, on s’engouffre dans un passage secret pour arriver dans une mini crique : superbe ! Une fois remontés, petite séance photo sur les falaises escarpées avec vue panoramique… Réveil matin réussi. Le spot est connu pour abriter de nombreux phoques, là encore, spot instagrammable.

13939951_10154254010206708_1971402436_oOn a décidé de faire l’impasse sur l’extrême sud pour mettre le cap sur Queenstown : station de ski et ville mythique de l’île du sud. A peine arrivés, on a eu envie de jeter l’ancre quelques temps alors on a laissé le van dans un Holiday Park, l’envie de douche chaude se faisant pressante et le linge sale s’accumulant. Le village de Queenstown est magnifique, un peu comme une station de ski posée sur un lac. Petits commerces, restaurants alléchants et boites de tourisme à tous les coins de rue : il y a de quoi faire. On a d’ailleurs du mal a résister et même si c’est un de nos meilleurs souvenirs de voyage, ces 3 jours c’était aussi un sacré gouffre financier… On a d’abord pas pu résister à l’envie de prendre un téléphérique direction la « sk14188330_10210695347085235_8856953684647809136_oyline luge » : depuis le haut de la montagne d’où vous verrez le lac gelé, montez dans un genre de kart comme une luge à roulette et descendez en course sur 800 mètres… Ca réveille ! On a quand même eu le temps de faire quelques photos avant de redescendre et de partir à la recherche de ce qu’on chuchote ici être le meilleur burger du Monde. La viande d’une qualité exceptionnelle en NZ, le pain maison, les légumes locaux…Arrivés devant chez Fergburger, on constate qu’on ne rigole pas avec ça : une queue d’une vingtaine de personnes nous sépare des portes. Une fois rentrés, la commande se prend en deux temps trois mouvements et on arrive même à se glisser entre deux bancs pour trouver une table d’où on voit arriver le saint-graal… Et là, on comprend l’13932264_10154254009506708_2100127475_oengouement. C’est tout simplement à ne rater sous aucun prétexte. On est ensuite partis faire une marche de digestion obligée autour du lac Wakatipu qui se prête lui aussi à de belles photos sur la route.

14191520_10210694886913731_1196035836_oTombés par hasard sur un prospectus de balade à cheval, on a embarqué pour une randonnée d’une journée : deux heures de balade en 4*4 sur les incroyables paysages du Seigneur des Anneaux avec un guide local qui nous a raconté les anecdotes du film et nous a fait visiter les plus beaux paysages que Queenstown ait à offrir, loin du village touristique : montagnes, rivières, forêts… magnifique ! L’après-midi venue, ballade à cheval dans un paysage de carte postale. Je ne peux que vous recommander l’adresse. L’avantage de Queenstown, c’est aussi que la ville étant toute petite, vous n’aurez aucun mal à pratiquer toutes les activités qui vous plairont, et si, comme nous, vous êtes fatigués de faire de la route, les tour operator viennent13987734_10154254010176708_1209333157_o vous récupérer gratuitement en navette dans le centre. Nous avons un regret, celui de ne pas avoir tenté la croisière sur le lac de Milford Sound, c’est un site mythique de l’île du sud. Essayez quand même de passer par la Glenorchy Road, l’une des plus belles du pays, voyez par vous mêmes…

Nous avons ensuite remonté l’île en faisant très peu d’arrêts (Wanaka, Ohau…) jusqu’à Nelson. On ne s’est pas attardés faute de temps et avons repris le ferry pour Wellington puis Auckland, et c’est là que le voyage s’est arrêté.

On se dit quoi ?

La première langue de la Nouvelle-Zélande est l’anglais. Comme dans tous les pays anglophones, il s’y parle un dialecte particulier et il vous faudra tendre attentivement l’oreille pour comprendre les subtilités et l’accent kiwi. La langue maori est également officielle sur le territoire.

Ça coute combien ?

On a passé un peu plus d’un mois en Nouvelle-Zélande. La location du van nous a couté un peu plus de 1500 dollars. On a dormi et mangé à l’intérieur la plupart du temps. En faisant les courses en supermarché, nous avons sérieusement économisé, en comptant une ou deux sorties restaurant/pub par semaine, nous avons eu un budget nourriture total d’environ 600$. Les attractions et les activités sur place ont été l’un des plus gros budgets. On l’estime à 1000$ pour un mois. Rajoutez à cela les coûts imprévus et les quelques souvenirs sur le bord de la route.

Un repas au restaurant : 20$

Un repas sur le pouce dans la rue : 8$

Ticket de bus : 2$

Nuit en auberge de jeunesse : 40$

Nuit en hôtel 3* : 140$

Cocktail dans un bar : 13$

Essence : 2$/L

On y va comment ? 

14188676_10210695337685000_9083824422365893800_o

On a choisi de voyager en van pour être libre de s’arrêter quand on le voulait et pour économiser sur les frais de logements. Le budget a quand même grimpé très vite au vu de la consommation d’essence du van et du besoin de s’arrêter dans des vrais campings et Holiday Parks deux à trois fois par semaine : on pouvait se garer gratuitement la nuit sur de nombreux emplacements DOC mais il ne fat pas négliger le besoin de pouvoirs se brancher, se recharger en eau, et profiter des quelques aménagements des campings dont la plupart sont top en NZ : vraie cuisine équipée, salles de bain avec douches chaudes à volonté, wifi, service de renseignements…Le confort était parfois minimal mais on garde de très bon souvenirs de ce voyage en van et l’un dans l’autre, On n’aurait pas pu faire un voyage aussi long avec un voyage classique en hôtels + circuits.

Si vous faites un court séjour, optez pour le bus qui dessert très bien les grandes villes et dont le ticket est raisonnable, aux alentours de 2$. Vous pouvez aussi acheter un pass pour les bus Intercity si vous visitez plusieurs villes. Pour les petites courses, comptez entre 3$ et 4$ au km en taxi.

On dort où ? 

Dans les grandes villes comme Auckland ou Queenstown, les prix d’une chambre d’hôtel peuvent grimper jusqu’à 200$ pour un 3$, et aux alentours de 45$ pour une auberge de jeunesse. Vous vous en sortirez mieux dans les petites villes qui méritent pour certaines vraiment le détour. Je conseille vraiment les Holiday Park, une sorte de camping amélioré qui accueille les vans mais propose aussi des hébergements souvent bien situés près des lieux stratégiques et propres pour un prix raisonnable.

On part quand ? 

Nous sommes partis en hiver et donc hors saison. Une décision à double tranchant : le climat était froid voire glacial dans l’île du sud et donc l’hébergement dans le van assez hostiles parce que pas d’électricité = pas de chauffage… D’un autre côté, les activités et l’hébergement hors saison coûtent moins cher donc gros point positif pour le budget. Et la saison bat quand même son plein dans le sud à Queenstown par exemple où le village s’anime autour des plus grandes stations de ski du pays.

Et les papiers ? 

Un séjour de moins de 3 mois ne nécessite pas de visa, une autorisation vous sera délivrée sur présentation d’un passeport  valable 6 mois après l’arrivée et d’un biller retour. Aucun vaccin particulier n’est à prévoir.

A savoir

La douane à l’arrivée en Nouvelle Zélande est particulièrement stricte. Oubliez l’ensemble des produits vivants (fruits, produits végétaux…) qui ne sont pas conformes aux règles de bio-sécurité. Les douaniers vont jusqu’à vérifier le matériel de sport et les chaussures de randonnées qui doivent être parfaitement propres sous peine d’être taxé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s